[JE] « La communication à l’épreuve et au secours de la santé au travail : regards académiques sur la prévention des risques professionnels »

Journée labellisée Org&Co
 
Org&Co
 
page1image1498155056page1image1498177680

 

JOURNEE D’ÉTUDES DICEN-IDF – 20 JUIN 2019 – 9H30 / 17H

La communication à l’épreuve et au secours de la santé au travail : Regards académiques sur la prévention des risques professionnels

Lieu : Amphithéâtre de la médiathèque du Val d’Europe – 2, place d’Ariane – 77700 SERRISRER A – Direction Marne-la-Vallée Chessy Parcs Disneyland – ARRET VAL D’EUROPE (voir)

Informations pratiques
Inscription gratuite et obligatoire. La priorité sera donnée aux membres du DICEN-Idf, ainsi qu’aux adhérents des organisations partenaires. Merci de confirmer votre présence avant le 8 juin à l’adresse

email suivante : UPEM.DICEN.ComSST20juin@gmail.com.

PROGRAMME

9h30 Mot d’accueil, Christian Bourret (UPEM, DICEN-Idf)

Conférence introductive : Histoire des regards académiques sur les communications au travail et le management, la construction de problèmes et de solutions

Pierre Delcambre (Univ. de Lille, GERIICO)

10H30/12H30 L’INFORMATION SUR LA SANTE AU TRAVAIL


Paysage et usages des sources d’information sur les risques professionnels

Séverine Hanriot-Colin (ingénieur de prévention, OPPBTP)
Héloïse Ducrocq (formatrice HSE, professeur de l’EN de Biotechnologies)

Fabriquer et diffuser des fiches-métiers sur les risques professionnels d’une association de médecins du travail et de préventeurs

Pierrette Trilhe, Gérard Gâches et Daniel Phuaire pour Bossons futé

Le travail invisible derrière les fiches Bossons-futé

Étudiants de la Licence professionnelle QHSSE encadrés par Eloria Vigouroux-Zugasti (UPEM-Ifis)

Les articles sur la SST sur le wikipedia francophone : ‘convergence agonistique’ entre communication institutionnelle et vulgarisation scientifique d’utilité publique

page1image1498310112

Marie-Noëlle Doutreix (Univ. de Lorraine-Metz, CREM) Lucile Desmoulins (UPEM-Ifis, DICEN-Idf)

Pause déjeuner, buffet : 12h30/14h

14H /17H COMMUNICATION, SANTE PHYSIQUE ET PSYCHIQUE AU TRAVAIL

Une approche communicationnelle de la santé au travail ? Autour de la sortie du n°106 de la Revue Sciences de la société

Laurent Morillon (Univ. de Toulouse, LERASS, animateur de l’équipe Organicom et de l’axe santé)

Techniques d’influence et de communication dans le domaine de la prévention des risques professionnels : quels usages, et pour quelles fins ?

Odile Camus & Virginie Althaus (Univ. de Rouen, CRFDP, équipe Risques Psycho-Sociaux)

Pause douceurs : vers 15h15

Miser sur le levier de la promesse de QVT et de bien-être en entreprise pour recruter des profils « digital natives »

Camille Coulon, Sarah Brémont (étudiantes Master 2 IE-ILMS, UPEM-IFIS)

Performance économique dans les approches et démarches Qualité de Vie au Travail

Lucile Desmoulins (UPEM-Ifis, DICEN-Idf)

OBJECTIFS DE L’EVENEMENT

Comment penser le lien entre l’information, la communication et la santé et sécurité au travail ? En premier lieu, les normes, processus et dispositifs infocommunicationnels sont intrinsèquement liés aux questions de santé au travail si l’on veut bien considérer qu’ils sont constitutifs des organisations productives qui sont le théâtre et/ou la cause de maladies professionnelles, d’accidents et de souffrances. Les souffrances psychiques plus spécifiquement sont liées à des phénomènes infocommunicationnels contemporains comme les injonctions managériales normatives vers toujours plus de rapidité, de flexibilité et de changement, ou encore comme le développement de technologies de l’information et de la communication qui modifient les formes organisationnelles au détriment des relations interpersonnelles, des espaces de vie partagés et des collectifs de travail.

Le secteur professionnel de la prévention des risques professionnels est ensuite lié à celui de la communication car ses acteurs font appel à une large gamme d’outils médiatisés de communication dans le cadre de campagnes de sensibilisation et d’information censés participer à la diffusion d’une culture de la santé et de la sécurité : affiches, livrets, emails, articles publiés dans des newsletters ou sur intranet, événements, jeux sérieux, tracts syndicaux, supports de formation. Aux outils techniques médiatisés de communication s’ajoutent d’ailleurs des formes orales de communication interpersonnelle hiérarchique, d’ores et déjà revalorisées en tant que bonnes pratiques de management : réunions, entretiens, discours formels, qui sont vecteurs de régulation sociale.

Les statistiques relatives aux accidents du travail et aux maladies professionnelles doivent être analysées avec prudence. Pour autant, si l’on se fie au rapport sur les conditions de travail de 2015 du Conseil d’orientation sur les conditions de travail du ministère du travail et de l’emploi, on constatait en 2014 une poursuite de la diminution d’une partie seulement des indicateurs de sinistralité : ceux relatifs aux incapacités permanentes (36 895 en 2014, soit – 5,6 % par rapport à 2013) et au nombre des décès (530 en 2014, soit – 2 % par rapport à l’année antérieure). Le nombre d’accidents du travail (AT) avait quant à lui augmenté de 0,5 % entre 2013 et 2014, et ce dans un contexte de quasi-stabilité des effectifs salariés. La fréquence des accidents de travail a également connu une évolution à la hausse, pour atteindre 34,8 AT pour 1 000 salariés en 2014 (http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/index.php?id=94). La mission de défendre la santé et la sécurité des salariés reste donc d’une actualité brûlante.

Cette mission est prise en charge par de nombreuses institutions, mais aussi par des professionnels : médecins et infirmiers du travail, préventeurs des risques professionnels, responsables QVT, responsables ressources humaines. D’autres acteurs consacrent eux aussi une grande partie de leur temps à des missions tournées vers la protection des salariés. C’est le cas des managers de proximité, des chargés de communication interne, des élus syndicaux, des salariés qui participent aux commissions Santé, Sécurité et conditions de travail des nouveaux Comités sociaux et économiques (CSE). Cette journée d’études a pour objectif de stimuler le dialogue entre tous ces professionnels qui s’intéressent de près ou de loin à la santé au travail, et les étudiants et chercheurs de diverses disciplines qui réfléchissent sur les métiers et les pratiques d’information et de communication en santé et sécurité au travail.

Cette journée d’études est l’occasion de valoriser des projets de recherche, de recherche-action et des pratiques pédagogiques innovantes.

Des étudiants de la Licence professionnelle QHSSE présenteront leur travail dans le cadre de leurs projets tutorés sur l’actualisation de fiches-métiers pour le compte de Bossons futé une association de médecins du travail et de préventeurs. Cette collaboration a aussi bénéficié de l’implication des étudiants du Master IE-ILMS au service de la valorisation de la communication de cette association qui œuvre à une meilleure information sur les risques professionnels propres à chaque métier. Responsabilisant et créatifs, les projets tutorés favorisent une approche interdisciplinaire des problématiques de communication sur les problématiques de santé et sécurité au travail.

Les conférenciers sont des chercheurs, des enseignants, des professionnels et des étudiants. Cette journée d’études entend prendre au pied de la lettre l’injonction à former les étudiants à la recherche et par la recherche. Pour des doctorants et des étudiants inscrits dans des formations professionnalisantes de niveau Licence ou Master, présenter son projet de thèse ou de mémoire et échanger avec des professionnels bienveillants permet de mieux comprendre le rôle social de la recherche dans une double perspective analytique, critique et positive.

Enfin, la recherche sur la santé au travail a été prise en charge bien au-delà du médical, par des sciences humaines et sociales : ergonomie, sociologie, psychologie, sciences de gestion, droit, informatique, sciences de l’information et de la communication. Cette journée d’études permettra à des chercheurs d’horizon divers d’échanger dans la lignée du numéro 106 de la revue Sciences de la société coordonné par Laurent Morillon, Valérie Carayol et Sylvie Grosjean. Cette journée d’études doit participer à la diffusion auprès des professionnels de la santé au travail de ce numéro intitulé « Une approche communicationnelle de la santé au travail » qui entend penser les questions de santé au travail dans une perspective info-communicationnelle et traiter de problématiques psycho-organisationnelles dans lesquelles les objets de recherche info- communicationnels occupent une place centrale.

Au plaisir de nos échanges !

Le comité scientifique : Manuel Zackald, Christian Bourret, Sylvain Michelin, Lucile Desmoulins, Eloria Vigouroux-Zugasti.
Le comité d’organisation : Lucile Desmoulins, Sophie Pulh, Aurélie Vasseur, Marie-France Goncalvès, Elodie Thème, Mélissa Boubaker, Marine Levasseur, Camille Coulon, Lanshan Liu, Chloé Terminarias.

PLAN D’ACCES – CAMPUS URBAIN DU VAL D’EUROPE

Les personnes qui souhaitent venir en voiture peuvent se garer sur le parking du centre commercial régional du Val d’Europe. Depuis Paris, d’abord prendre l’A4 en direction de Metz/Nancy, puis sortie 12.1 « Centre Commercial Régional ».

Ceux qui opteront pour les transports en commun prendront le RER A – Direction Marne-la-Vallée Chessy Parcs Disneyland. L’arrêt VAL D’EUROPE est à 42 minutes de Châtelet-les-Halles.

Au Val d’Europe prenez la sortie Centre commercial. L’entrée de médiathèque du Val d’Europe est à 50 mètres de la sortie à côté d’un café Columbus.

Attention, tous les RER A qui vont vers l’est de Paris ne vont pas à MLV Chessy. Et seulement les 3⁄4 des RER qui vont à MLV Chessy s’arrêtent à l’arrêt Val d’Europe.

Attention bis, la médiathèque du val d’Europe est sur la commune de Serris, mais ne confondez pas la médiathèque du Val d’Europe et la petite médiathèque de quartier dénommé médiathèque de Serris.